Listen, Witness, Transmit

Expositions

 

Expositions et performances 

 
 
 
 image par l'artiste

image par l'artiste

People You Must Look at Me or Coyote and Badger Were Neighbors or The Origin of Eternal Death

KITE

Performance : Jeudi 14 juin, 19:00 à 19:25
Lieu : (Espace d'événement), AKA Artist-Run / PAVED Arts

Une exploration physique dans un espace cartographié numériquement, en utilisant un instrument corporel qui interfère avec l'espace sonore / vidéo / 3D; y compris la vidéo, le dessin, l'animation, la danse, la conception d'interface. People You Must Look at Me utilise le récit chiastique pour cocooner le témoignage d'un événement dans des strates narratives, chacun avec des relations différentes du corps, aux donnée et à l'espace.

Kite alias Suzanne Kite est une artiste performeuse, plasticienne et compositrice d'Oglala Lakota élevée en Californie du Sud, elle a obtenu un BFA de CalArts en composition musicale, un MFA de la Milton Avery Graduate School du Bard College, et un doctorat l'Université Concordia. Ses recherches portent sur les mythologies et les épistémologies contemporaines des Lakota et étudient la multiplicité des mythologies existant constamment dans la narration contemporaine des Lakota à travers la recherche-création, les médias computationnels et la pratique de la performance. Récemment, Kite a développé une interface corporelle pour des performances de mouvement, des sculptures en fibre de carbone, des installations vidéo et audio immersives, ainsi que la co-exploitation de l'empreinte électronique expérimentale, Unheard Records.

 
 image par l'artiste

image par l'artiste

paskwâw nîpîy

Amanda Strong | Productions Fawn Fawn

Exposition : 1er juin au 24 août 2018
Lieu :  (Art Gallery), Wanuskewin

paskwâw nîpîy est une compilation d'œuvres reflétant les thèmes élémentaires qui traitent du territoire, de l'histoire et de notre lien avec les êtres qui résident dans ces lieux passés et présents. Les aspects de trois projets différents sont liés ensemble et présentés comme paskwâw nîpîy qui signifie l'herbe et l'eau dans les plaines cries, une langue des plaines du nord reliée à cet endroit Wanuskewin.

HOW TO STEAL A CANOE // COMMENT VOLER UN CANOE                                                       Comment voler un canoë, c'est l'histoire d'une jeune Nishnaabeg et d'un Nishnaabeg qui a sauvé un canot d'un musée et l'a ramené au lac. En parallèle, nous assistons à l'acte de voler nos parties précieuses qui sont toujours les nôtres en tant que peuples autochtones.

Le film transmet l'histoire à la fois par la musique et la narration. Paroles parlées enregistrées par la poétesse Nishnaabeg Leanne Betasamosake Simpson. La partition originale est composée par le violoncelliste Cris Derksen.

BIIDAABAN THE DAWN COMES  // BIIDAABAN L'AUBE VIENT                                                             Depuis des temps immémoriaux, les autochtones ont récolté la sève des arbres pour produire du sirop, une pratique qui se poursuit aujourd'hui. Deux personnages principaux Biidaaban, une jeune personne autochtone, et Sabe, un métamorphe Sasquatch, se sont mis à récolter la sève de sucre dans leur environnement urbain et dans les quartiers privés de la ville. Biidaabaan peut voir des traces de temps, de personnes, de créatures et de terres. En récoltant ainsi du sirop, ils poursuivent le travail de leurs ancêtres.

Les ancêtres et les animaux tels que Ghost Caribou et Ghost Wolf sont intégrés dans le paysage, mais seuls les Biidaaban peuvent les voir. Ces visuels résonnent tout au long du travail pour tirer du passé ce que nous voyons d’inébranlable et l’inclure dans le présent.

FOUR FACES OF THE MOON  // QUATRE VISAGES DE LA LUNE                                                         Quatre visages de la Lune suit le voyage animé d'une photographe autochtone alors qu'elle voyage dans le temps. Elle est témoin de moments dans l'histoire de sa famille et renforce ses liens avec ses ancêtres métis, cris et anishnaabes. C'est une histoire personnelle, racontée en quatre chapitres à travers les yeux de la réalisatrice et écrivain Amanda Strong. L'histoire orale et écrite de sa famille révèle l'histoire - nous sommes témoins de l'impact et de l'héritage des chemins de fer, du massacre des buffles et des politiques foncières coloniales.

Quatre visages de la Lune ne contient aucune langue anglaise, se basant sur le son, l'image et les voix autochtones pour raconter l'histoire. Cette approche multidimensionnelle de la narration peut vous laisser plus de questions que de réponses: c'est une invitation à se pencher sur votre propre compréhension de l'histoire, de l'héritage et de l'importance de savoir qui vous êtes et d'où vous venez.

Spotted Fawn Productions (SFP) fondée en 2010 incorporée en 2014 par le propriétaire / directeur Amanda Strong. Les œuvres SFP sont célébrées dans le monde entier dans des festivals, des installations, des présentations communautaires autochtones et ont reçu de nombreux prix. Situé à Vancouver, en Colombie-Britannique, nous sommes un studio créatif et communautaire axé sur l'illustration, l'animation image par image, la 2D, la 3D et la réalité virtuelle.

 
   
  
   
  
    
  
   Normal 
   0 
   
   
   
   
   false 
   false 
   false 
   
   EN-US 
   JA 
   X-NONE 
   
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
   
   
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
  
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Table Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;
	mso-ansi-language:EN-US;}
 
      
  
   
  
    
  
   Normal 
   0 
   
   
   
   
   false 
   false 
   false 
   
   EN-US 
   JA 
   X-NONE 
   
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
   
   
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
    
  
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
  
   
 
 /* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
	{mso-style-name:"Table Normal";
	mso-tstyle-rowband-size:0;
	mso-tstyle-colband-size:0;
	mso-style-noshow:yes;
	mso-style-priority:99;
	mso-style-parent:"";
	mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
	mso-para-margin:0cm;
	mso-para-margin-bottom:.0001pt;
	mso-pagination:widow-orphan;
	font-size:12.0pt;
	font-family:Cambria;
	mso-ascii-font-family:Cambria;
	mso-ascii-theme-font:minor-latin;
	mso-hansi-font-family:Cambria;
	mso-hansi-theme-font:minor-latin;
	mso-ansi-language:EN-US;}
 
  Crédit d'image : Only Available Light (détail), tiré de la série Only Available Light, 2016. Film d'archives (Harlan I. Smith, Les indiens Shuswap de la Colombie-Britannique, 1928), projecteur, cristaux de sélénite et photons. Film 8h44. Composition originale de Leela Gilday. Photo : Dennis Ha. Courtoisie de l'artiste et galerie Grunt.

Crédit d'image : Only Available Light (détail), tiré de la série Only Available Light, 2016. Film d'archives (Harlan I. Smith, Les indiens Shuswap de la Colombie-Britannique, 1928), projecteur, cristaux de sélénite et photons. Film 8h44. Composition originale de Leela Gilday. Photo : Dennis Ha. Courtoisie de l'artiste et galerie Grunt.

#callresponse

Artistes : Christi Belcourt, IV Castellanos, Marcia Crosby, Maria Hupfield, Ursula Johnson, Cheryl L'Hirondelle, Isaac Murdoch, Esther Neff, Tanya Tagaq, Tania Willard et Laakkuluk Williamson-Bathory avec les répondants locaux Jennifer Kreisberg et Laura Ortman

Organisé par : Tarah Hogue, Maria Hupfield et Tania Willard

Exposition : 1er juin au13 juillet 2018
Lieu : Sur la vue à AKA Artist-Run et Wanuskewin Galleries 

Pour éclairer le travail qui est à la fois urgent et à long terme, #callresponse agit comme un système de soutien connectif qui débute par la création d’œuvres d'art commandées par des artistes autochtones nord-américain et les réponses de leurs invités. #callresponse se concentre sur les formes de performance, de processus et de traduction qui incitent au dialogue et catalysent l'action à travers les frontières entre les individus, les communautés, les territoires et les institutions. Le hashtag #callresponse connecte les sites géographiquement et offre des opportunités pour les échanges en réseau. Une exposition itinérante, #callresponse, a ouvert ses portes à la galerie Grunt de Vancouver en 2016 et continue d'impliquer chaque lieu dans une programmation spécifique.

Cette exposition est organisée et diffusée par Grunt gallery, et présentée par le centre d'artistes AKA et la galerie Wanuskewin. #callresponse est financé par la {Re} conciliation Initiative, un partenariat entre le Conseil des arts du Canada, le J.W. McConnell Family Foundation, et The Circle on Philanthropy and Aboriginal Peoples in Canada. Une aide financière supplémentaire a été octroyée par British Columbia Arts Council.

 
 image par l'artiste

image par l'artiste

Animikiikaa 10-97

Scott Benesiinaabandan

Exposition : 11 mai au13 juin 2018
Lieu : Sur la vue à PAVED Arts 

Animiikikaa 10-97 est une installation audio à trois canaux commandée à l'origine par la Winnipeg Art Gallery. L'installation, mettant en vedette une femme parlant clairement dans la langue anishinaabe, développe la notion que les qualités sonores particulières de la parole parlée indigène ne sont pas familières à la grande majorité des gens qui vivent dans son pays natal. Le geste de Benesiinaabandan reflète également une histoire récente dans laquelle la langue anishinaabe était activement subjuguée, de sorte que la placer dans la sphère publique constitue un acte politique en soi.

Scott Benesiinaabandan est un artiste intermedia anishinaabe qui travaille principalement avec la photographie, la vidéo, l'audio et la gravure. Scott a terminé une résidence internationale à Parramatta Artist Studios en Australie, Context Gallery à Derry, au nord de l'Irlande et à la résidence iAIR de l'Université Lethbridge / Royal Institute of Technology, ainsi que des projets de collaboration internationaux au Royaume-Uni et en Irlande. Scott est actuellement basé à Montréal, où il complète un MFA en photographie et a reçu une subvention d'un an du Conseil des arts du Canada par OBx Labs / Ab-TeC et Initiative for Indigenous Futures où il étudie actuellement la réalité virtuelle comme médium.